• Mathilde Cavalière

Le défilé FW 2020 Balenciaga annonçait-il la crise sociale et environnementale que nous traversons ?

2 Mai 2020, Loïc Prigent, LA FIGURE du reportage de mode, publie une vidéo décortiquant le défilé FW Balenciaga 2020. Front row inondé, plafond flamboyant, décryptage d'un défilé prémonitoire de la crise mondiale que nous vivons actuellement.


C'est l'un des défilés qui a fait le plus de bruit lors de la dernière Fashion Week en présentiel. Demna Gvasalia, un des fondateurs de la marque Vêtements, nommé directeur artistique de la maison Balenciaga en 2015, ne cesse de faire parler de lui. "Avant-gardiste", "Underground", "élégance audacieuse", les compliments ne manquent pas pour définir le nouveau prodige de la mode.



Nous sommes le 1er Mars 2020 à la Cité du Cinéma à Paris et Demna Gvasalia clôture son défilé laissant bouche bée une grande partie du monde de la mode.


Les rares guests de ce défilé sont invités à s'asseoir non pas au premier rang, mais au 3e voir 4e. En effet Gvasalia a choisi une mise en scène bien particulière pour son défilé puisque les premiers rangs sont littéralement engloutis sous l'eau. Si cette dernière a déjà été utilisée à plusieurs reprises dans les défilés de mode, c'est la première fois qu'un créateur s'en sert pour effacer une partie d'un public qui lui est habituellement si cher. Clin d'oeil à la montée des eaux et à la fonte des glaces, l'heure n'est plus ici à la prise de conscience et à la sonnette d'alarme, il est déjà trop tard.


Un dressing quasi intégralement noir envahit le catwalk, le deuil d'une vie pré-coronavirus, l'annonce d'un changement qui plongera le monde dans un chaos total, moins d'un mois après le défilé. À travers une mutation des formes qui nous est désormais familière, Gvasalia utilise de nombreuses références au monde ecclésiastique, en hommage à Cristobal Balenciaga.



L'un des éléments les plus impressionnants de ce défilé demeure le plafond de la Cité du Cinéma, du jamais vu dans le monde de la mode. Surplombant le catwalk, jouant avec les éléments et la lumière, il engloutit les mannequins tel le Jugement Dernier de Michel-Ange au fond de La Chapelle Sixtine. On y retrouve la même impression d'écrasement, l'annonce d'un futur chaotique. L'attention n'est plus portée uniquement sur le contenu de la collection FW 2020 mais aussi sur tout ce qui en fait le décor.



Gvasalia ne dirige pas seulement des mannequins mais enrôle aussi des proches : directeurs/directrices de galerie, acteurs, étudiants en art, en chimie ou artistes plasticiens. Balenciaga ancre l'inclusivité dans son ADN.


Le show FW 2020 Balenciaga résonne donc comme une prémonition de la crise inédite que nous traversons. Gvasalia sonne le glas d'une fashion sphère qui a trop longtemps fermé les yeux sur son impact environnemental. Un mois plus tard, les questions pleuvent : comment mettre en place une Fashion Week virtuelle ? Devons-nous arrêter la surproduction de collections ? (Saint Laurent annonce son retrait de la FW 2020 ). Que faire des tonnes de vêtements qui n'ont pas été consommés ces deux derniers mois ?


De quoi faire réfléchir la deuxième industrie la plus polluante du monde...




© 2020 attends30secondes 

Website proudly created by Amélie Ebongué 💛