• Mathilde Cavalière

Ces marques de mode qui allient luxe et écoresponsabilité

Si la crise du coronavirus semble avoir (enfin) provoqué une prise de conscience environnementale de la part des marques de luxe, certains avaient d'ors-et-déjà fait de la durabilité le coeur de leurs collections. Zoom sur les initiatives écologiques qui n'ont pas attendu la crise pour agir.


MARINE SERRE, LA DURABILITÉ COMME SOURCE DE CRÉATIVITÉ


Grande gagnante du prix LVMH 2019, Marine Serre n'a de cesse de faire parler d'elle. C'est d'ailleurs l'une des premières créatrices à avoir proposer des masques de protection dans ses collections, annonçant peut-être les crises sanitaires et environnementales à venir.




Tenniswoman depuis son plus jeune âge, la jeune créatrice marque ses débuts avec des vêtements sportswear, confortables et ergonomiques. Mais la technique n'en demeure pas moins son obsession principale. Un mot clé : environnement. Marine Serre exprime d'entrée une volonté forte d'allier mode et durabilité. Son défilé présenté en ouverture de la Fashion Week SS 2020 marque la fashion sphère par une vision apocalyptique des années à venir. Intitulé "Marée Noire", le défilé présente les dernières survivantes d'un chaos écologique sans précédent. La jeune femme, surnommée "Celle qui influence tous ceux qui vous influencent" par Loïc Prigent n'a qu'un mot en bouche : hybridation. Les vêtements, bijoux, accessoires usés et inutilisables sont récupérés et transformés pour être intégrés à ses créations. On retrouve sur sa chaîne Youtube une série de 6 vidéos nommées "REGENERATED" filmant et expliquant le processus d'upcycling de ses créations (ou recréation si on préfère).



STELLA MC CARTNEY : LA GREEN QUEEN


Depuis le début de sa carrière, Stella McCartney s’est lancée un défis : allier mode et durabilité. C’est l’une des pionnières dans ce domaine. Surnommée la « Green Queen », la créatrice, fille de l’ex Beatles Paul McCartney, n’a jamais utilisé de cuir ou de vraie fourrure dans ses créations. Son secret ? La durabilité passe par les innovations technologiques. Elle explique dans une interview donnée au site FashionNetwork :


« J’essaye de m’intéresser aux technologies, de faire produire de la soie en laboratoire, d’utiliser des teintures innovantes et je ne pense pas qu’on voie la différence. C’est de la science, mais de la science glamour. »


Cette volonté de s’affranchir d’une industrie polluante et cruelle pour l’environnement s’exprime dès 2010 avec la sortie du sac Falabella, premier sac réalisé à partir de cuir végétal. En 2019, Stella McCartney lance en collaboration avec le géant Adidas la première basket vegan. Un an plus tard, elle s’attaque à la fabrication du jean qui est l’une des plus polluante et chimique. Celle-ci propose l’un des premiers jeans bio-dégardable, une initiative qui sera reprise par des marques plus petites telles que Sézane ou Maje.


Début 2019 la jeune femme rachète ses parts d’entreprise au groupe Kering, lui permettant d’être à 100% indépendante. Une séparation qui n’est pas passée inaperçue auprès du 1er groupe mondial LVMH, puisque ce dernier l’intègre dans son comité de direction un an plus tard, pour tendre vers un luxe plus durable et équitable.


Au-delà de son engagement environnemental, Stella McCartney semble avoir une autre cause qui lui tient à coeur : la lutte contre les violences faites aux femmes. En effet, la créatrice soutient depuis quelques années la campagne du Ruban Blanc. Dans une interview accordée au magazine Elle, elle explique :


« Je suis sûre que des milliards de voix ne se sont pas encore exprimées. Mais il faut aussi prendre en compte les hommes : nous devons les rallier à notre cause. C'est une des raisons pour lesquelles je les ai fait défiler sur le podium : pour illustrer cette union nécessaire. »

Un exemple qui servira pour les années à venir on espère.


Si les marques de luxe ont longtemps fermé les yeux sur leur impact sur l'environnement, elles font désormais face à une GenZ toujours plus informée sur les valeurs éthiques en environnementales des marques. Fini le greenwashing, l'heure est à l'engagement.

© 2020 attends30secondes 

Website proudly created by Amélie Ebongué 💛